L’Évangile

Das Evangelium Lukas
Source : © Pixelio, Image-ID 90244

Par le terme d’Évangile, de « euangelion » (en grec, heureux message), on désigne tout d’abord les quatre premiers livres (Marc, Matthieu, Luc et Jean) du Nouveau Testament. Le terme désigne aussi l’heureux et bon message du royaume de Dieu et de la délivrance par Jésus-Christ.

Dans un premier temps, les premières communautés chrétiennes n’ont pas pensé à noter les paroles de Jésus : car ils étaient dans l’attente du proche retour de Jésus-Christ. Ce n’est que vers l’an 50 ap. J.-C. que les paroles de Jésus ont été rassemblées, pour former ce que l’on appelle la « Source Q » (recueil de paroles de Jésus). Le recueil des paroles de Jésus a malheureusement été perdu, pour être reconstruit à partir des Évangiles selon Marc, Matthieu et Luc. Les scientifiques partent aujourd’hui du principe que l’Évangile selon Marc a été écrite dès avant l’an 70 ap. J.-C., faisant de lui le plus ancien des quatre Évangiles. Les évangélistes Matthieu et Luc le connaissaient et ont intégré la source Q dans leur Évangile indépendamment l’un de l’autre. En raison de l’histoire de leur création, on parle aussi des Évangiles synoptiques pour les trois premiers Évangiles. L’Évangile selon Jean, plutôt autonome par son langage, a probablement été créé dans la période entre 85 et 90 ap. J.-C.

Le point central des services divins néo-apostoliques et de l’annonce de la parole est l’heureux message de Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant. De la même manière que les premiers apôtres avaient l’ardent désir d’annoncer l’heureux message et la nature de Jésus, aujourd’hui aussi, le plan de Dieu pour la délivrance des hommes ainsi que l’amour de Jésus-Christ et son retour sont annoncés aux fidèles.